L'association ParisVelocipedia a pour but principal de commémorer le 150ème anniversaire de l'adaptation de la pédale à la draisienne à Paris en 1861, évènement qui fait de Paris le berceau mondial de la bicyclette.

Philatélie et poste

 

 1 - La vélocipédie dans les timbres-poste français

 

À l'occasion deu 150 e anniversaire du lancement du vélocipède par Michaux à Paris, La Poste a émis un bloc de timbres consacré à l'histoire du cycle. Outre divers organismes, ParisVelocipedia a contribué à l'élaboration de ce projet.

Velocipede-BlocsTimbres2011

 

Si le nombre de timbres-poste représentant des cycles dans le monde est élevé, les deux-roues non motorisés apparaissent seulement dans une vingtaine de vignettes sur les quelques 4 000 timbres émises par la Poste française. Les autres moyens de transport sont souvent plus favorisés. On trouve 25 trains, une trentaine de timbres représentant l'automobile, 92 pour l'avion et une centaine de "bateau". La moto est représentée dans 10 vignettes et on trouve un autobus, un autocar, un traineau et un tramway. Le bloc émis en 2011 contribue à combler cette lacune.

Il est cependant regrettable, comme pour le timbre émis en 1983, que le vélocipède représenté soit un corps droit, donc un modèle vendu après l'été 1868 par "Michaux et Cie", société détenue majoritairement par les frères Olivier, et non un corps cintré comme en fabriquait initialement Pierre Michaux : sur la plaque, est alors écrit "Michaux", sans Cie. Surtout, il est surprenant que la bicyclette à pneumatiques représentée soit en fait à bandage, comme l'a signalé René Geslin dans "La Philatélie française" de septembre-octobre 2011.

Par ordre chronologique, les timbres représentant un cycle sont :

1 - Cinquantenaire du Tour de France (1953)

2 – Journée du timbre 1958, timbre consacré à la distribution rurale motorisée

3 - Journée du timbre 1972 représentant un facteur rural à bicyclette en 1894.

4 - Championnat du monde cycliste (1972)

5 - Sport pour tous (1978) : un cycliste en tout petit parmi d'autres sportifs

6 - « VELOCIPÈDE, Pierre et Ernest MICHAUX ». 1983

7 - Les Loisirs, tableau de Fernand Léger édité pour le cinquantenaire du Front Populaire (1986)

8 - Championnat du monde de Cyclisme de Chambéry (1989)

9 - PhilexJeunes à Cholet (1991)

10 et 11 – Journée du timbre 1993 : le facteur de Jacques Tati ; vignette vendue avec et sans surtaxe.

12 - Photo de Cartier-Bresson avec bicyclette roulant dans la rue, en bas d'un escalier (1999)

13 - Jeux olympiques de Sydney (2000) : un cycliste parmi d'autres sportifs

14 - Centième Paris-Roubaix (2002)

15 et 16 - Centenaire du Tour avec 2 timbres (2003)

17 – Le bicross – BMX dans un bloc de 10 timbres consacrés aux sports de glisse (2004)

18 - « Transport durable : transport du futur » dans la série développement durable (2008)

19 - « Cyclisme-équitation » dans un bloc feuillet consacré aux Jeux olympiques de Pékin (2008)

Une bicyclette apparaît partiellement sur le timbre consacré au Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne (1960).

 Un seul timbre, celui de 1983, est consacré à la riche et passionnante histoire du cycle, celui consacré au vélocipède lancé par Pierre et Ernest Michaux (n°6), le terme "vélocipède" étant utilisé par les historiens dans le sens de draisienne à pédales. La bicyclette peut jouer trois rôles : sport, loisir ou véhicule de transport utilitaire. Le sport se taille la part du lion avec neuf vignettes, y compris les commémorations de courses. Trois autres considèrent la bicyclette comme moyen de transport sans compter la photo de Cartier-Bresson (n°12) et celui qui vante les vertus de ce transport du futur « durable » (n°18). Un seul timbre montre l'angle du tourisme, le tableau intitulé « Les Loisirs » de Fernand Léger (n°7). Un site recense et indexe les timbres français :

http://www.phil-ouest.com/Series.php?Nom_serie=Velocipede

Velocipede_1983 

 

2 – Poste et vélocipède

Le faible nombre de timbres représentant un cycle est loin de refléter la place de la bicyclette comme symbole de la Poste auprès du public, comme le montrent les affiches de films comme Jour de Fête ou Les Ch'tis.  

Selon un article publié dans L'Année scientifique et industrielle publié par Louis Figuier (1819-1894) et consultable sur Gallica, un employé des Postes aurait eu dès 1830 l'idée d'équiper son administration de draisiennes.

Les rapports entre la Poste et les vélocipèdes remontent aux premières années de ce véhicule. Dans sa thèse "Histoire du vélocipède de Drais à Michaux 1817-1870 ..." (1993) en cours de réédition, le spécialiste de cette période, Keizo Kobayashi, nous apprend (p. 212) que Visan a introduit le vélocipède dans son service de poste, comme en témoigne Le démocrate du Midi du 12 février 1868. Cet événement peu commun fait de Visan, en concurrence avec Marennes, la première commune de France, et donc du monde, à avoir une poste ainsi équipée de vélocipède. Cette information peu connue n'est pourtant pas citée sur le site réticulaire de la ville où il est écrit : " ... Le XIXème siècle marque l'entrée de Visan dans les temps modernes avec la création en 1833 d'une école publique, en 1861 d'un bureau de poste, en 1863 de la salle de spectacle, etc. "

 Un événement semblable a eu lieu à Marennes quasi simultanément, comme l'annonça Le Journal de Marennes du 14 février 1869. Le choix de cette dernière ville s'explique facilement : son maire était Aimé Olivier qui lança avec son frère René la première industrie de vélocipèdes au monde. Son idéologie saint-simonienne  l'encourageait à vouloir alléger la fatique des travailleurs et à promouvoir le progrès social.

Mais le choix de la poste de Visan reste à ce jour mystérieux, tout comme la fondation du premier véloce-club du monde à Valence, ville située à 90 km au nord de Visan. Pour la poste, une explication pourrait aussi être recherchée du côté de la même famille Olivier : Marius Olivier, fils de Jules Olivier qui habitait vers Avignon, chef-lieu du Vaucluse situé à 60 km au sud de Visan, s'était marié à Marie Floret dont la famille eut un rôle politique important dans le même département au XIX e siècle. Et Voisan est une enclave du Vaucluse dans la Drôme. Y aurait-il des relations ou une propriété ?

 Les autres hypothèses sont moins probables comme une relation entre Voisan avec leur cousin Perret, maire de Tullins, ou avec Fabre ou Berruyer, premiers artisans de vélocipèdes dans la région respectivement à Voiron et à Grenoble. Il faut signaler aussi Adrien de Baroncelli, un des premiers auteurs de cyclotourisme dès 1871, originaire de Javon sur la commune de Lioux située plus au sud mais dont la famille avait une maison à Avignon.

Appel aux lecteurs pour éclaircir ce mystère !

L'idée d'équiper les facteurs de vélocipèdes aurait été reprise par les plus hautes autorités: selon Le Journal d'Annonay daté du 15 novembre 1868 ( p.2), le directeur des postes, M. Vandal, aurait eu l'intention de soumettre au ministre des finances ce projet. 

http://www.memoireetactualite.org/fr/presse_consultation.php?pr_titre=&;searchtype=a&type_date=1&rs_kw=velocipede&rs_to=&rs_from=&rs_on=&rs_annee=&rs_mois=&rs_jour=&ra_titre_per[]=%22Le%20Journal%20d%27Annonay%22&ra_type_journal[]=&ra_zone_geo[]=&q=cat%3Apresse+AND+pr_titre%3A%22Le+Journal+d%27Annonay%22+AND+fulltext%3Avelocipede&start=0&rows=1&version=2.2

Article :

Aux couleurs de la Poste, par Paul Chabon, Cahier de Médiologie N°5, Premier semestre 1998, p.131-141.

http://www.mediologie.org/collection/05_bicyclette/charbon.pdf